Bienvenue

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 3 mai 2008

Bienvenue sur mon site personnel, je vous invite à suivre désormais ma campagne pour l’élection municipale de mars 2014 à Osny sur mon site de campagne.

http://www.osny2014.com/

Vous y retrouverez mon actualité et mes prises de position.

Bonne lecture.

 

Pascal-Eric Lalmy


Paperblog : Les meilleurs actualités issues des blogs

Publié dans Actualité | 12 Commentaires »

La « République » de Sarkozy sent la naphtaline

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 8 novembre 2014

L’ancien Chef de l’Etat qui prônait la « supériorité du curé ou du pasteur sur l’instituteur » ou encore la laïcité « positive » effectue un nouveau virage et tente de s’accaparer la « République » qu’il s’est employé méthodiquement à démonter quand il était au pouvoir. Au passage, l’ancien Président de la République qui affichait vendredi soir à Paris la foi du nouveau converti à ce propos, oublie l’adage « qui trop embrasse mal étreint ».
La République étriquée, conservatrice et réactionnaire dont il se fait le promoteur est tout le contraire de la tradition universaliste, émancipatrice, sociale et progressiste attachée au pacte républicain depuis la Révolution française.
 
Il faut rappeler avec force qu’il ne suffit pas de se proclamer républicain pour l’être. Le projet républicain est en réalité un brassage permanent de nos valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité éclairées par la laïcité et interrogées par le moment présent.

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Nicolas Sarkozy sur France 2, beaucoup de bruit pour rien !

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 21 septembre 2014

L’interview de l’ancien Président de la République à l’occasion de son retour dans la vie publique pour conquérir l’UMP s’est soldée par une causerie nombriliste bien éloignée des attentes des Français.

Évidemment, amnésique des 600 milliards de dette supplémentaire et des 30 milliards d’euros d’impôts supplémentaires de son quinquennat, Nicolas Sarkozy a préféré la critique stérile au débat constructif.  Les Val d’Oisiens doivent aussi se souvenir au moment où il revient en politique qu’il a profondément divisé les Français tout au long de son mandat.

« Face à l’ampleur de la crise et l’urgence d’agir, il reste l’homme du passé et du passif et il ne peut pas incarner l’avenir de la France. »

Publié dans Actualité, Communiqués de presse | Pas de Commentaire »

Je salue la franchise du Président de la République

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 18 septembre 2014

Le Président de la République s’est livré à un exercice de franchise qui permet de prendre de la hauteur, il a clairement rappelé la place de la France dans la lutte contre le terrorisme, son action pour réorienter l’Europe, les réformes importantes qui sont engagées pour faire avancer le progrès économique, social et environnemental.

Les Radicaux de gauche, deuxième pilier de la majorité, ne peuvent que se reconnaître dans le propos républicain, offensif et protecteur du Chef de l’Etat. Ils comprennent aussi l’impatience de nos concitoyens qui subissent chaque jour les effets de la crise.

François Hollande s’emploie à réinstaller la stabilité et la confiance nécessaires dans nos institutions républicaine pour réussir les réformes qu’il a engagées avec son gouvernement à l’heure où la République traverse une période de grande mutation.

Publié dans Actualité, Communiqués de presse | Pas de Commentaire »

La laïcité doit demeurer le bouclier de la République contre les violences communautaires

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 21 juillet 2014

Au moment où la République commémore la rafle du Val d’Hiv, les Radicaux de gauche condamnent fermement les violences qui se sont déroulées à la fin de la manifestation pro palestinienne samedi à Paris et dimanche à Sarcelles.

 Les provocateurs et les casseurs qui confondent religion et politique menacent la concorde nationale fondée sur le principe de laïcité. Le PRG apporte son soutien au Premier ministre qui a rappelé dimanche matin dans son discours la fermeté du gouvernement contre les actes antisémites.

 La France, fidèle à ses valeurs universelles, est mobilisée pour aider les peuples Palestiniens et Israéliens à trouver les chemins de la Paix contre les extrémistes de chaque bord. Celles et ceux qui militent pour la paix au Proche-Orient, celles et ceux qui sont émus par ce qui se passe en Israël et en Palestine doivent donc refuser la haine et respecter l’ordre républicain.

Publié dans Actualité, Communiqués de presse | Pas de Commentaire »

Mon intervention au congrès de la Libre-Pensée à Nancy

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 9 juillet 2014

Congrès de la fédération nationale de la Libre-Pensée

Nancy, mercredi 9 juillet 2014

 

Chers amis libre-penseur,

 

Permettez-moi de commencer par vous remercier, au nom du PRG, de l’invitation qui m’a été faite de venir m’exprimer devant vous aujourd’hui.

Je me réjouis de vous voir comme l’an dernier à Bourg-en-Bresse, si nombreux, ce matin à Nancy. Comme je le disais déjà en 2013, c’est à la vigueur d’associations telles que la vôtre que se mesure l’enracinement de la République dans notre pays.

FNLP Nancy

Avant de commencer mon intervention, je voudrais saluer devant vous la mémoire de Marc Blondel. Si il a longtemps été un acteur incontournable du paysage syndical français, il a aussi été le président de la Fédération Nationale de la Libre-Pensée, et je pense que son action y a été tout aussi importante et déterminante. C’était un promoteur exigent de la laïcité, un militant de la paix et de la réhabilitation des fusillés pour l’exemple. C’était un Républicain sincère et un honnête homme.

Je tiens à lui rendre hommage devant vous, ses amis, car avec lui c’est une voix forte pour la défense de cette part de notre tradition Républicaine que nous avons héritée de la Révolution de 1789 et de la Commune qui s’est éteinte, je vous adresse donc, de vive voix, au nom des Radicaux de gauche, mes sincères condoléances.

J’ai lu avec un vif intérêt le rapport moral de vos vice-présidents. Il souligne comment la Libre-Pensée a trouvé un souffle nouveau en restant fidèle à ses principes : laïcité par la Séparation des Eglises et de l’Etat, antidogmatisme par la critique du contenu des religions, internationalisme et pacifisme, fibre sociale contre l’exploitation économique. J’y retrouve la part de la pensée radicale-socialiste qui a irrigué, en son temps, la Libre-Pensée, à moins que ce soit l’inverse, irrigation autant qu’inspiration bien illustrées par le rôle que Ferdinand Buisson a joué dans nos organisations respectives.

Quand vous évoquez avec une nostalgie généreuse le congrès international de 1904 de Rome et l’adoption unanime de deux textes différents voire contradictoires, je retrouve là aussi la méthodologie de nos grands anciens. Les Radicaux fidèles à leur tradition laïque, comme la Libre-Pensée, ne craignent pas la pensée complexe. J’appelle cela aujourd’hui le débat « non-contradictoire », c’est-à-dire la capacité à écouter les arguments de l’autre et à reconnaître leur valeur même si on y adhère pas soi-même. Cela n’est possible que si l’on s’affranchit des dogmes et des doctrines, si on se met à l’écoute active de l’autre, en somme si l’on pratique la laïcité. C’est sans doute ce qui fait la jonction « philosophique » entre les Radicaux et les Libre-Penseur.

Cette méthodologie est bien éloignée du débat spectacle véhiculé par la télévision, en particulier avec ces nouveaux « bons à rien et mauvais en tout » qui ont colonisé les plateaux télé avec l’avènement des talk-shows et des chaînes d’information en continu, ceux qu’on appelle les « éditorialistes », ces individus à l’expertise contestable qui ont un avis et une opinion tranchée sur n’importe quel sujet pour peu que ce soit populiste et que cela fasse du spectacle. C’est le prêt à portée de la pensée. C’est surtout la faillite de l’intelligence !

Ces oiseaux de mauvais augures, ces vautours médiatiques alimentent la haine de l’autre, exacerbent les frustrations, attaquent chaque jour les fondements de la République et font le lit d’un Front National dont ils reprennent les propos, les idées et les raccourcis en excitant la défiance de nos concitoyens à l’égard des institutions républicaines.

Je n’oublie pas que la lutte contre l’extrême droite  est au cœur de notre engagement de femmes et d’hommes, de militants républicains, car l’extrême droite nous est viscéralement insupportable. Nous sentons la tromperie, la supercherie, le mensonge ; nous sentons surtout l’offense qui est faite à notre idéal républicain quand l’extrême droite emploie les mots de la République pour avancer masquée.

Comme vous l’écrivez dans votre rapport moral : « Une pensée libre n’implique pas un bulletin de vote, mais le choix libre et éclairé d’un bulletin », et ce bulletin ne peut pas être celui du Front National.

Le Front National de Marine Le Pen n’est pas un défenseur de la laïcité, il se sert d’elle comme d’un cache sexe pour discriminer les musulmans, se faisant il fait d’une pierre deux coups il détruit le principe de laïcité, il désarme toute critique raisonnable des religions et il diffuse sa pensée raciste et xénophobe.

Le Front National de Marine Le Pen n’est évidemment ni internationaliste quand il agite le vieil épouvantail du mondialisme, ni pacifiste surtout quand sa présidente salue en Vladimir Poutine un patriote avec lequel elle partage des valeurs communes.

Le Front National de Marine Le Pen n’est évidemment pas « social » quand il promeut une solidarité exclusive qui s’articule à la préférence nationale.

Ici à Nancy, le FN a été contenu à 6,91% des voix au premier tour des municipales, c’est plutôt bon signe et c’est sans doute à mettre au crédit d’André Rossinot, l’ancien maire de Nancy qui est un grand radical, vous me permettrez de saluer mes cousins radicaux « valoisiens » dont le nouveau président, Laurent Hénart a succédé depuis les dernières élections municipales à André Rossinot comme maire de la cité ducale. Je ne doute pas que la réception en mairie demain soir sera à la hauteur de la vieille amitié qui lie les radicaux des deux rives et les libre-penseur, amitié fondée sur cette méthode commune qui nous rapproche et facilite le dialogue entre nous.

L’an dernier j’avais évoqué devant vous l’actualité de la laïcité et ma confiance dans l’action de l’actuelle majorité, même si nos amis socialistes ont parfois besoin d’être aiguillonnés sur ce sujet.

Force est de constater que, sur le terrain de la laïcité, l’action apaisante du Chef de l’Etat a permis de dépassionner les débats qui l’entourent.

Contrairement à Jean-Louis Bianco qui déclarait, il  y a quelques semaines dans Libération : «Sur la laïcité, un débat législatif risque d’être très dangereux», nous avons la conviction, nous Radicaux, que le débat s’impose, escamoter le débat c’est laisser le Front National le préempter et cela nous ne l’acceptons pas.

On a bien vu ces dernières semaines tant sur l’affaire baby-loup que sur l’interdiction de dissimuler son visage que le juge navigue dans le flou face au folklore religieux. Je sais que sur ces sujets nous n’avons pas les mêmes analyses, mais une réunion de famille sans fâcherie ce n’est pas une vraie réunion de famille,  permettez-moi donc de vous apporter quelques éléments sur le point de vue du PRG pour enrichir vos réflexions.

Nous, les Radicaux de gauche, nous nous sommes félicités tant de la décision de la cour de cassation que de celle de la Cour européenne des droits de l’homme. Les deux décisions ont consacré, selon nous le principe de laïcité.

Il ne s’agit pas de savoir si l’expression religieuse des individus a sa place dans l’espace public, la loi de 1905 proclame la liberté de conscience et garantit le libre exercice des cultes, en cela elle est très claire.

La première question importante à nos yeux c’est que la justice se prononce en droit sans se soumettre aux exigences religieuses, le danger dans les deux cas que j’ai évoqué c’était précisément que la justice renonce au droit républicain face à la coutume, cela nous Radicaux nous ne pouvons pas l’accepter.

Le Canada, en fondant son modèle politique sur le compromis, a jeté les bases d’un système où l’Etat doit s’effacer devant les droits de l’individu. Cela a conduit les juges canadiens à  procéder à des innovations aussi radicales que le principe d’  « accommodements raisonnables », appliqué à partir de 1985. Ces « accommodements raisonnables » ont produit des dérives, sur lesquelles je ne vais pas revenir aujourd’hui, qui ne sont pas conformes à l’esprit républicain selon nous.

Nous nous félicitons donc que la cour de Cassation ait confirmé que les règles en matière de liberté religieuse au travail permettent de fixer des limites raisonnables à celle-ci.

 

La seconde question est celle des bornes que l’on fixe aux libertés individuelles, et là la décision de la Cour européenne des droits de l’Homme est intéressante, car les juges de la Grande Chambre ont considéré à l’unanimité, dans le cas de la loi interdisant de dissimuler son visage dans l’espace public, qu’il n’y avait pas eu violation de l’article 14 de la Convention européenne des droits de l’homme (interdiction de la discrimination) combiné avec l’article 8 (droit au respect de la vie privée et familiale) ou avec l’article 9 (droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion).

 

Cette importante décision souligne notamment que « L’interdiction contestée peut par conséquent passer pour proportionnée au but poursuivi, à savoir la préservation du « vivre ensemble ». » C’est donc bien, à nos yeux, le principe de laïcité, comme pilier de la République française et du « vivre ensemble » qui sort renforcé de ce jugement. Il apparaît bien que le principe de laïcité est un principe démocratique de liberté et qu’en cela il est conforme à la Convention européenne des droits de l’Homme.

 

Cependant est-ce aux juges de prendre position au cas par cas dans l’esprit de la Common Law à l’anglo-saxonne ? Ou bien est-ce au législateur de prendre ses responsabilités en clarifiant les choses? Selon nous, escamoter le débat au motif que certains instrumentalisent la laïcité contre les musulmans est contre-productif.

Si il ne peut être question de se laisser dicter notre agenda par le tourbillon médiatique, et encore moins par les polémiques initiées par le Front National de Marine Le Pen, nous ne devons pas avoir peur de débattre de la place des religions dans notre pays, si l’Eglise catholique reste une force conservatrice comme elle l’a montré au moment du débat sur le mariage pour tous, elle sait aussi instrumentaliser l’Islam quand ça l’arrange pour préserver son influence. Et de cela il ne faut pas être dupe.

D’ailleurs vos travaux scientifiques de mardi ont sans doute mis en lumière les pesanteurs religieuses sur les questions liées à la recherche scientifique sur l’embryon. La question des recherches sur les cellules souches embryonnaires est au cœur des débats de bioéthique.

 

L’enjeu, c’est la médecine régénératrice. Ce sont les thérapies cellulaires, qui visent à remplacer des cellules déficientes ou insuffisamment nombreuses par des greffes de cellules. Ces recherches ouvrent la voie au traitement d’affections graves et souvent incurables aujourd’hui : maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques), cardiopathies, hépatites, diabète insulino-dépendant, lésions de la moëlle épinière.

 

Au début des années 2000, avec Martine Aubry, ministre de l’Emploi et de la Solidarité, chargée notamment de la Santé, puis avec Elisabeth Guigou qui lui avait succédé, Roger-Gérard Schwartzenberg, comme ministre de la Recherche,  avait préparé un projet de loi de bioéthique courageux révisant la législation initiale de 1994. Il avait la volonté de parvenir à un large consensus, dépassant les clivages politiques. Malheureusement la droite a fait table rase de son travail après 2002.

 

Or, sur ces sujets difficiles qui touchent aux convictions intimes, il n’y a pas une éthique de gauche et une éthique de droite, mais une éthique commune à définir ensemble, c’est d’ailleurs tout l’intérêt de la méthode. Sans affrontements stéréotypés. Sans antagonismes artificiels. Sur de telles questions, personne ne détient seul la vérité. Chacun doit la rechercher avec mesure, scrupule et écoute d’autrui. Mais une chose est certaine, dans notre République laïque, la loi ne peut pas être dictée par les religions.

Pour conclure, car j’ai été trop long, je vous souhaite des travaux fructueux, les sujets à discuter restent nombreux, dans le temps qui m’était imparti je n’ai pas abordé toutes les questions dont nous pourrions parler ensemble, mais je ne doute pas que nous aurons d’autres occasions d’échanger nos points de vue. Merci, et bons travaux à vous tous.

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

12345...67
 

inspecteurjjc |
SAINT DENIS D'AVENIR |
Erratum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association pour une Meille...
| NON A GILBERT ANNETTE
| Nantes Démocrate 2008