Qualité de l’air en Île-de-France : un bilan insatisfaisant

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 1 mars 2009

Qualité de l’air en Île-de-France : un bilan insatisfaisant

Peut mieux faire ! Bien que meilleur qu’en 2007, le bilan de la qualité de l’air présenté le 17 février par Airparif reste encore peu satisfaisant : quatre polluants restent problématiques.

Le dioxyde d’azote : 2008 marque une stabilité globale des niveaux de dioxyde d’azote, loin du trafic routier comme le long des voies de circulation. Les situations sont néanmoins très contrastées avec des forts niveaux de pollution parfois deux fois supérieurs à la réglementation (objectif de 40 µg/m3 en moyenne). Le dioxyde d’azote est un polluant d’origine complexe, lié d’une part aux émissions directes (secteur des transports) et d’ autre part aux équilibres avec d’autres polluants dans l’air, en particulier l’ozone.

 L’ozone : malgré l’absence d’épisodes d’alerte pendant l’été, l’objectif de qualité annuel pour la protection de la santé (120 µg/m3 en moyenne sur 8 heures) est dépassé dans toute la région.

 Le benzène : les niveaux de benzène (polluant majoritairement émis par les véhicules à motorisation essence) sont globalement stables. L’objectif de qualité français (2 µg/m3) est respecté loin du trafic routier, mais pas à proximité. Près de 1,3 millions de Franciliens sont ainsi concernés par ce dépassement.

 Les particules en suspension : grâce aux conditions météorologiques, elles ont atteint leur plus bas niveau mais les valeurs limites restent largement dépassées le long de la majeure partie des axes routiers parisiens et des principaux axes de circulation de la petite et de la grande couronne. Le transport routier, les combustions industrielles, le chauffage domestique et l’incinération des déchets sont quelques-uns des émetteurs de particules en suspension.
Les sources de particules seront au cœur de l’étude de deux ans et demi qui sera lancée par Airparif en 2009 avec le soutien de la Région, de l’État et de la Mairie de Paris.

Le 17 février, l’association de surveillance de la qualité de la l’air francilien Airparif a rendu public son bilan 2008. Premier fait marquant : pour la première fois depuis la  création d’Airparif il y a 30 ans, aucun épisode de pollution atmosphérique n’a donné lieu à un dépassement des niveaux d’alerte. De plus, sur le plan de la météo, 2008 a été favorable à la qualité de l’air, notamment avec un été frais et nuageux. Néanmoins, la qualité de l’air au quotidien reste peu satisfaisante, et plus particulièrement au cœur de l’agglomération parisienne, à proximité du trafic. Quatre polluants posent particulièrement problème : le dioxyde d’azote, l’ozone, le benzène et les particules.

 

 

Sur le webAirparif
Réseau de surveillance de la qualité de l’air en Île-de-France : rôle, chiffres, historique et moyens de mesures.

source : conseil régional

Laisser un commentaire

 

inspecteurjjc |
SAINT DENIS D'AVENIR |
Erratum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association pour une Meille...
| NON A GILBERT ANNETTE
| Nantes Démocrate 2008