• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

Taxes 2010 : ce que vous allez payer

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 29 septembre 2009

Le Premier ministre a présenté le projet de loi de finances pour 2010.

Explosion de la dette, ménages menacés par une baisse de leur pouvoir d’achat, le budget 2 010 annoncé par François Fillon hier est bien placé sous le signe de la crise  et des déficits publics. En attendant, les Français devront s’acquitter d’une taxe carbone dont on leur promet une restitution selon des mécanismes complexes.

Le système du « bonus-malus » automobile connaîtra un abaissement du bonus et des conditions d’attribution légèrement durcies. La prime à la casse sera réduite et le forfait hospitalier sera augmenté de deux euros, le déficit de la Sécurité sociale devant atteindre « 24 milliards d’euros à la fin de l’année 2009 », avant 30 milliards d’euros « à peu près » en 2010 selon Éric Woerth, le ministre du Budget. Bref, ce budget 2 010 est loin de comporter de bonnes nouvelles pour les familles ou les salariés modestes.

 A tout cela il faut ajouter les hausses tarifaires prévues dans les semaines qui viennent. Pour répercuter la baisse du cours du pétrole, les tarifs du gaz auraient dû baisser de 2 % au 1er octobre, mais ils ne devraient finalement pas changer… afin d’éviter une nouvelle hausse le 1er janvier prochain. Les cotisations retraite, qui ont déjà augmenté de 0,3 % en 2009, seront relevées de 0,4 % en 2010 et 0,3 % en 2011 pour combler le déficit de l’assurance-vieillesse. Les mutuelles devraient aussi augmenter du fait des transferts réguliers de coûts de la Sécurité sociale vers les complémentaires.

Publié dans Fiscalité | Pas de Commentaire »

Fillon annonce un déficit record de 140 milliards d’euros

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 27 septembre 2009

François Fillon annonce aujourd’hui dans une interview que le déficit public va atteindre 140 milliards d’euros, soit 8,2 % du PIB, cette année 2009. Le Premier ministre confirme que le forfait hospitalier va passer de 16 à 18 euros et que la prime à la casse des automobiles sera réduite à 700 € (et même à 500 € au 1er juillet prochain !).

Au chapitre des dépenses, c’est la réforme de la taxe professionnelle (TP), promise de longue date par Nicolas Sarkozy, qui va coûter le plus : 11 milliards d’euros l’an prochain.

Le gouvernement ayant assuré qu’il n’augmentera pas les impôts, et les dépenses continuant à progresser au rythme de l’inflation (+1,2%), le déficit public devrait être stabilisé.

C’est ainsi François Fillon espère «préparer la relance»…

 

Publié dans Economie | Pas de Commentaire »

La Poste : Appel des fédérations et des associations des élu/es

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 18 septembre 2009

Appel des fédérations et des associations des élu/es Socialistes et Républicains, Communistes et Républicains, Verts et Ecologistes, de la Gauche Radicale et Républicaine, du Mouvement Républicain et Citoyen

Le changement de statut de « La Poste » d’établissement public en société anonyme ouvre la voie à sa privatisation et fait peser de lourdes menaces sur le devenir de ce service public.

Le service public postal remplit des missions indispensables en matière d’aménagement du territoire et de lien social. Elles dépassent le cadre universel du courrier et de la presse, de l’accessibilité bancaire et de la présence postale territoriale dans les zones rurales comme dans les quartiers populaires.

D’ores et déjà, en France, 6 100 bureaux de poste sur 17 000 ont été transformés en « partenariats » et plusieurs milliers d’emplois ont été supprimés depuis 2002, au détriment de la qualité d’accueil des usagers, du service de distribution de courrier et des conditions de travail des salarié/es. En Europe, les privatisations postales ont engendré la baisse de qualité de service, une augmentation des tarifs et de nombreuses destructions d’emplois.

Le gouvernement et la direction de La Poste invoquent une directive européenne pour justifier leur projet. Cet argument est faux. En aucun cas l’Union européenne n’impose de modifier le statut de l’opérateur ni sa privatisation. Du point de vue financier, La Poste dispose d’autres moyens que l’ouverture du capital et la privatisation pour faire face à ses besoins de financement.

Nous, élu/es socialistes, communistes, verts et écologistes, radicaux de gauche et du Mouvement républicain et citoyen estimons que rien ne justifie ce changement de statut. Le service public postal doit être maintenu, modernisé et rénové afin de répondre aux besoins de la population sur l’ensemble du territoire.

Nous soutenons la journée de grève et de manifestations des postières et postiers qui aura lieu le mardi 22 septembre 2009, à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales de La Poste.

Nous affirmons que le devenir de La Poste est l’affaire de chaque citoyen/ne. Face à l’obstination du Président Sarkozy et du gouvernement à refuser l’organisation d’une consultation nationale sur un sujet aussi important, nous sommes partie prenante de la mobilisation engagée par le Comité national contre la privatisation de La Poste. Une campagne de votation citoyenne aura lieu du 27 septembre au 03 octobre prochain -point d’orgue de cette mobilisation-, organisée partout en France par des comités locaux regroupant syndicats, associations, usagers, élu/es et collectivités territoriales partenaires.

Nous appelons l’ensemble de la population à venir s’exprimer lors de cette consultation populaire qui se tiendra dans les mairies, devant les bureaux de poste, sur les marchés, dans les entreprises… Aux côtés de nos député/es, sénatrices et sénateurs, nos fédérations et associations pèseront de tout leur poids lors du prochain débat parlementaire pour faire barrage au projet gouvernemental.

18 Septembre 2009

Claudy LEBRETON, Pdt de la FNESR – André CHASSAIGNE, Pdt de l’ANECR – Jean-François CARON, Pdt de la FEVE – Patrick MOLINOZ, Pdt de l’ANEGRR – Etienne BUTZBACH, Pdt de l’ARECA.

Publié dans Services publics | Pas de Commentaire »

« Société du Grand Paris »

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 12 septembre 2009

Le 7 octobre, le conseil des ministres examinera le projet de loi relatif au Grand Paris. Celui-ci entend créer une « Société du Grand Paris », dépendante de l’Etat, qui pourrait, autour des futures gares, mettre la main sur les terrains qui l’intéressent. Et ce quel que soit l’avis des maires.

 Quelle est donc cette société? Selon l’avant-projet de loi dévoilé à la fin du mois d’août , elle sera le bras armé de l’Etat, une entité qui permettra de réaliser les grands chantiers ferroviaires de l’Ile-de-France, dans l’urgence, en zappant les longues procédures qu’exige le code de l’urbanisme. C’est ainsi que le gouvernement espère voir sortir de terre le Grand huit (un nouveau métro automatique), une rocade ferroviaire, des prolongements de lignes existantes, dans les quinze prochaines années.

Tout ça grâce à un droit exceptionnel accordé à la « Société du Grand Paris »: celui d’exproprier ou de préempter les terrains « contenus dans un cercle d’un rayon maximum de 1500 mètres autour de chacune des (futures) gares ». Comprendre: les maires, dont la commune accueillera une nouvelle gare, perdront tout pouvoir sur l’aménagement de leur territoire dans un rayon de 1,5km.

Alors qu’une unité droite-gauche semblait se dessiner sur la question du Grand Paris, l’émergence de cette société a de nouveau creusé un fossé infranchissable entre les deux camps. La naissance de Paris Métropole (syndicat qui regroupe des collectivités franciliennes) portait déjà des signes de ce rapprochement-éloignement.

pour en savoir plus :

La gauche d’Ile-de-France refuse d’être expropriée par le gouvernement

L’Express - ‎11 sept. 2009‎ – La naissance de Paris Métropole (syndicat qui regroupe des collectivités franciliennes) portait déjà des signes de ce rapprochement–éloignement.

Grand Paris: le syndicat Paris Métropole dénonce la méthode du

Le Monde - ‎8 sept. 2009‎

Le bureau du syndicat mixte Paris Métropole, qui regroupe 98 collectivités d’Ile-de-France, de gauche mais aussi de droite, a adopté mardi une déclaration

 

 

Publié dans Actualité, Transport | Pas de Commentaire »

Colloque : laïcité à l’école un « Etat des Lieux »

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 8 septembre 2009

J’organise avec Frédéric Naud  (président du Club des Jacobins) dans le cadre de l’Observatoire international de la laïcité un colloque au sénat le 26 septembre 2009 sur le thème :  » la laïcité à l’école un état des lieux »
Ce colloque aura lieu à partir de 9h dans la salle Gaston Monnerville, 15 rue de Vaugirard. L’inscription est obligatoire pour  accéder à la salle. Le colloque est suivi d’un déjeuner au  restaurant du Sénat pour celles et ceux qui le souhaite moyennant une  participation financière de 40 euro.

Programme du colloque :
http://www.observatoire-laicite.org/spip.php?article28


Sous le haut patronage du sénateur Jean-Michel BAYLET (sénateur).

Sénat, 15 rue de Vaugirard, dans la salle Gaston Monnerville

Accueil par Jean-Michel QUILLARDET à 9h00.
Introduction par Françoise LABORDE (sénatrice PRG de Haute-Garonne).

Table ronde avec :

- Eddie AIT, maire de Carrière Sous Poissy, conseiller régional
d’Ile de France ;
- Charles CONTE, chargé de mission laïcité à la Ligue de l’enseignement ;
- Philippe GUITTET, secrétaire général du SNPDEN (2002-2009) ;
- Catherine KINTZLER, professeur des universités (à confirmer) ;
- Paul STOUDER, inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional honoraire ;

- Conclusion par Antoine SFEIR à 13h00.

Vous pouvez télécharger le bulletin d’inscription (à renvoyer obligatoirement au siège de l’Observatoire : 5 rue Le Goff 75005 PARIS.)


http://www.observatoire-laicite.org/IMG/pdf/Colloque_du_26_septembre_2009.pdf

Publié dans Actualité, Agenda | Pas de Commentaire »

 

inspecteurjjc |
SAINT DENIS D'AVENIR |
Erratum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association pour une Meille...
| NON A GILBERT ANNETTE
| Nantes Démocrate 2008