Présidence de l’UMP : le livre qui accable Copé

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 30 mars 2013

Un livre vient relancer la polémique sur l’élection controversée de Jean-François Copé à la tête de l’UMP alors que l’incertitude règne sur l’organisation d’un nouveau scrutin en septembre.

«Cette élection emmerde tout le monde, mais si on ne la fait pas, c’est emmerdant aussi.» Ce responsable de l’UMP résume assez bien l’état d’esprit des dirigeants de son parti alors que les militants devraient être convoqués aux urnes en septembre pour une nouvelle élection de leur président en vertu de l’accord passé entre Fillon et Copé au mois de janvier dernier. Le livre «Le coup monté» (Plon) dans lequel Patrice Gelard, le président de la Commission de contrôle de l’UMP, accuse Copé et ses deux fidèles lieutenants d’avoir «manipulé» le vote pour la présidence de l’UMP à l’automne dernier, pourrait bien relancer la polémique au sein d’un parti fracturé malgré les apparences.

La direction de l’UMP travaille actuellement à une refonte des statuts afin d’organiser des règles du jeu claires lors des prochains scrutins. En attendant, s’est installée une paix armée entre Copé et Fillon.

Ni l’un ni l’autre ne sont enthousiastes à l’idée de redescendre dans l’arène en septembre prochain. Copé se contenterait bien du statu quo qui le conforterait à son poste de président. Quand on évoque cette échéance, il botte en touche : «C’est à Fillon de voir s’il veut être candidat.» Il envisage encore moins de repartir au combat face à des seconds couteaux si l’ancien Premier ministre renonce : «Je ne suis pas là pour mettre en scène d’autres candidats.»

Fillon, qui a beaucoup abîmé son image dans la guerre avec Copé, ne souhaite pas replonger les mains dans le cambouis. Mais après avoir déclaré forfait pour la mairie de Paris, peut-il se retirer sur son Aventin en attendant la primaire de l’UMP pour la présidentielle ? «A part Fillon, personne ne peut battre Copé, décrypte un ancien ministre de Sarkozy. Si un autre candidat y va à sa place comme Wauquiez par exemple, il renforcera la légitimité de Copé, donc Fillon n’a pas intérêt à laisser un autre se présenter. En revanche, s’il n’y a pas d’élection, Copé restera un président à la légitimité douteuse, ce que Fillon ne manquera pas de souligner.»

Copé attend donc que Fillon se dévoile. L’ancien Premier ministre n’annoncera sa décision qu’au mois de juin. Il hésite, car s’il est à nouveau battu par Copé, son avenir politique s’obscurcira. Dans son en tourage, on est divisé. Certains plaident pour qu’il conquière l’appareil du parti, d’autres préféreraient qu’il fasse l’impasse pour se consacrer uniquement à la primaire de 2016. Mais alors, les copéistes ne manqueront pas de dénoncer la «pusillanimité» de l’ancien Premier ministre. C’est désormais une guerre tactique larvée qui s’est engagée entre les deux prétendants à la succession de Sarkozy.

source : la Dépêche du Midi

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Légiférer sur le principe de laïcité

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 29 mars 2013

Je me félicite de la volonté du Chef de l’Etat de légiférer sur l’application du principe de laïcité dans les crèches.

Le Chef de l’Etat s’est montré, jeudi soir, courageux sur la question de la neutralité religieuse dans les structures qui accueillent du public. C’est un signal fort adressé aux défenseurs du principe de laïcité face à la multiplication sans fin des revendications religieuses.

Au moment où la crispation des Français est de plus en plus forte sur ces questions, le pays a besoin d’une nouvelle grande loi d’apaisement fondée sur la laïcité pour rassembler la Nation autour des grands principes républicains hérités de 1789.

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Étonnante saillie de NKM contre le radicalisme

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 24 mars 2013

Nathalie Kosciusko-Morizet s’en est pris, ce vendredi dans le Monde, à ce qu’elle appelle ce « radical-socialisme qui nous épuise ».
En s’attaquant à la grande tradition radicale de la France, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy qui ne s’est pourtant jamais compromise avec l’extrême-droite anti-républicaine, s’attaque frontalement aux fondements historiques de la République.
Le Radicalisme est une méthode, celle de la Raison, le radicalisme est fondé sur un principe, la solidarité, le radicalisme est porteur d’une valeur, la laïcité, le radicalisme est un projet toujours renouvelé, le progressisme.
Raison, solidarité, laïcité et progrès sont les principes cardinaux de notre République depuis plus d’un siècle, ils sont l’héritage radical-socialiste de notre pays que le PRG continue à porter et à défendre car ils sont indissociables de notre identité républicaine émancipatrice et libératrice.

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Loi de 1905, les radicaux attendent une fumée blanche qui tarde à venir

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 14 mars 2013

Lors de la séance de questions d’actualité au gouvernement, Françoise Laborde Sénatrice PRG de la Haute-Garonne a interpelé Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux, au nom des membres du groupe RDSE, sur les 4 projets de loi de révision constitutionnelle présentés hier en Conseil des ministres. 
Elle a regretté qu’aucun d’entre eux ne prévoie l’inscription de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, dans la Constitution. En effet, l’engagement n°46 du candidat soutenu, il y a un an, par le Parti socialiste et le Parti radical de gauche, était d’« inscrire les principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution en insérant, à l’article 1er, un deuxième alinéa ainsi rédigé : « La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des Eglises et de l’Etat, conformément au titre 1er de la loi de 1905, sous réserve des règles particulières applicables en Alsace et Moselle ». Elle en appelle au gouvernement pour que cet engagement soit tenu. La récente décision du Conseil constitutionnel rappelant que la laïcité avait une valeur constitutionnelle, sauf dans les trois départements du Concordat, ne doit pas le faire reculer. « Le moment est venu de mettre fin à cette exception concordataire héritée de l’Histoire. » a-t-elle ajouté avant de conclure : « Madame la Garde des Sceaux, vous savez l’importance et le rôle du principe universel de laïcité dans l’émancipation des hommes et des femmes. Vous savez aussi combien la laïcité est une valeur républicaine fragile. Et vous n’ignorez pas non plus les tentatives de dévoiement, et les menaces dont elle fait l’objet de la part des extrêmes. Oui, la laïcité mérite toute notre attention, elle mérite notre protection ! Les radicaux de gauche attendent un signal fort, une « fumée blanche » qui tarde à venir ! » 

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Le gouvernement se mobilise contre les mariages forcés

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 11 mars 2013

Je salue les annonces de Najat Vallaud-Belkacem contre les mariages forcés.
Le Parti Radical de Gauche a adressé le 8 mars dernier au chef de l’Etat 13 propositions « pour légalité des hommes et des femmes » parmi lesquelles il lui a demandé, notamment, de faire de la lutte « contre les pratiques du mariage forcé, de l’excision et des mutilations » une priorité de son quinquennat.
Les mesures annoncées ce lundi à Cergy par la Ministre des Droits des femmes répondent aux préoccupations des radicaux de gauche et permettront de compléter efficacement l’arsenal législatif français pour protéger les jeunes femmes contre les mariages forcés et les traditions contraires à nos principes laïques et à l’égalité homme/femme.

http://www.dailymotion.com/video/xy4cml

 

 

Publié dans Actualité, Communiqués de presse | Pas de Commentaire »

12
 

inspecteurjjc |
SAINT DENIS D'AVENIR |
Erratum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association pour une Meille...
| NON A GILBERT ANNETTE
| Nantes Démocrate 2008