• Accueil
  • > Archives pour juillet 2013

Aucun point commun entre Manuel Valls et Nicolas Sarkozy

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 29 juillet 2013

L’action déterminée et volontaire du Ministre de l’intérieur pour restaurer l’ordre républicain et réaffirmer les principes de la République sur l’ensemble du territoire va dans le bon sens. Contrairement à ce qu’affirme une partie de la gauche, il n’y a aucun point commun entre celui-ci et Nicolas Sarkozy.

Manuel Valls est un républicain de gauche, qui comme le grand radical Georges Clemenceau a une ambition de gauche pour notre pays et ses institutions à laquelle les Radicaux de gauche souscrivent sans réserve.

La restauration d’une autorité juste fondée sur le respect des individus et des lois de la République et la réaffirmation d’une laïcité d’apaisement, permettront de faire reculer à la fois les communautarismes qui fragilisent les quartiers populaires et l’extrême-droite qui fleurit sur le terreau de la crise et des ambiguïtés de l’UMP .

Publié dans Actualité, Communiqués de presse | Pas de Commentaire »

Journal Inf’Osny 90

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 28 juillet 2013

Retrouvez ma tribune parue dans le numéro 90 du journal municipal Inf’Osny de juillet 2013 à distribution aléatoire (sans doute l’effet de la chaleur estivale).

Journal Inf'Osny 90  dans Actualité infosny90-126x300

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Inscription de la laïcité dans le nouveau statut des fonctionnaires

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 19 juillet 2013

Je me félicite de l’inscription de la laïcité dans le nouveau statut des fonctionnaires.

Le projet de loi « relatif à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires » constitue une étape importante dans la restauration du principe de laïcité en particulier, et des principes républicains en général, dans notre pays.

Celui-ci permettra de répondre aux revendications ponctuelles de certains fonctionnaires dans un cadre national ne laissant plus de place aux accommodements ou aux petits arrangements sources d’inégalités et de conflits.

Les radicaux de gauche se réjouissent de voir que le Chef de l’Etat fidèle à son discours du Bourget, s’emploie à restaurer notre pacte républicain pas à pas, sans heurter ni stigmatiser aucune partie de la communauté nationale.

Publié dans Actualité, Communiqués de presse | Pas de Commentaire »

Congrès de la Libre-Pensée : « c’est à la vigueur d’associations comme la vôtre que se mesure l’enracinement de la République »

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 12 juillet 2013

Congrès de la fédération nationale de la Libre-Pensée

Bourg-en-Bresse, mercredi 10 juillet 2013

 

Chers amis libre-penseur,

 

 

Je me réjouis de vous voir si nombreux ce matin à Bourg-en-Bresse. C’est à la vigueur d’associations comme la vôtre que se mesure l’enracinement de la République dans notre pays. Permettez-moi de commencer par vous remercier de l’invitation que vous m’avez faite de venir parler devant vous aujourd’hui.

Comme secrétaire national du PRG à la laïcité je suis sensible à l’intérêt que vous portez à l’action des radicaux de gauche dans ce domaine particulier. Je crois que c’est important que les partis politiques entretiennent un dialogue régulier avec les acteurs de ce qu’il est devenu coutumier d’appeler la société civile. C’est une tradition ancienne qu’on avait un peu perdue, il est bon de se retrouver autour de valeurs communes.

Ainsi, historien, je n’oublie pas que les Libre-Penseur étaient présents, aux côtés des loges maçonniques, en 1901 lors de la fondation du parti radical. D’ailleurs, le congrès de Marseille du parti radical, en 1903, définit le parti comme : « composé de comités, ligues, unions, fédérations, sociétés de propagande, groupes de la Libre-Pensée, loges, journaux et municipalités. » – fermez les guillemets – le parti politique au début du XX e siècle est donc une organisation polymorphe, je vous le concède. Mais le plus ancien parti de France a eu cette capacité extraordinaire – malgré ses contradictions – de rassembler tous les républicains pour bâtir cette République qui nous est si chère. Je sais  aussi que les Libre-Penseur étaient présents, et mobilisés, en 1905 au moment de l’adoption de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, et qu’ils sont depuis les gardiens vigilants du grand principe de laïcité.

Je n’oublie pas non plus – évidemment – que nous avons en partage quelques grandes figures de de la République comme Ferdinand Buisson, Georges Clemenceau ou encore Edouard Herriot. Trois personnages aux parcours différents qui illustrent à la perfection cet esprit de tolérance et de générosité qui caractérise autant le radical que le libre-penseur qui ont l’un et l’autre chevillé au corps la République, la liberté et l’autonomie de l’individu.

Nous appartenons donc à cette grande famille qui a fondé la République, et évidemment comme dans toutes les familles, il y a des moments où on s’éloigne, d’autre où on se rapproche. Des moments où on se perd de vue – sans oublier que l’on est cousin – et des moments où l’on chemine côte à côte. Et il y a des moments comme ce matin où on se retrouve avec bonheur.

 Evidemment, je ne suis pas venu aujourd’hui pour vous parler uniquement des compagnonnages passés. La défaite de Nicolas Sarkozy en 2012 a écarté pour un temps le danger immédiat qui pesait sur la laïcité, sur l’école ou encore sur la protection sociale. Mais la grande famille républicaine, dans toute sa diversité, a du travail sur la planche pour redresser ce qui a été ébranlé, rebâtir ce qui a été abîmé par cinq années de Sarkozysme.

Les Radicaux de gauche font confiance au Chef de l’Etat sur la sincérité de son engagement républicain, mais nous sommes aussi conscients que la « Raison d’Etat » conduit parfois à des renoncements un peu lâche ou à des accommodements funestes. Le débat sur la loi d’orientation pour l’Ecole en a été un exemple. Comme je l’ai dit à « La Raison » je suis convaincu qu’il existait une majorité pour abroger la loi Carle, malheureusement l’exécutif a renoncé à mener cette bataille. Or l’opportunité était là pour la gauche de gouvernement de mettre en accord ses actes avec ses engagements. Je crains qu’il faille longtemps avant qu’une autre opportunité se présente d’abroger cette loi qui coûte si cher à la République. S’agissant de la loi Debré, je connais votre engagement pour en obtenir l’abrogation, et je le partage, mais là je pense qu’aujourd’hui il n’y a pas de majorité au Parlement pour y parvenir. Il faut donc rester mobilisé, faire de la pédagogie, montrer la nécessité qu’il y a de mettre fin à cette contradiction qui voit la République financer et organiser un système scolaire concurrent de celui de la Nation.

La culture de gouvernement a parfois tendance à rendre nos gouvernants « amnésiques », et la majorité – dont les radiaux font partie je vous le concède – n’est pas toujours aussi combative que nous le voudrions sur la défense de la laïcité. On n’avance sans doute pas assez, mais au moins nous avons arrêté de reculer face au rouleau compresseur ultra-libéral.

Pour ma part, je me félicite par exemple de l’installation de l’observatoire national de la laïcité. C’est une vieille revendication des radicaux de gauche, et je suis heureux que celui-ci soit déjà au travail, et surtout qu’il s’emploie à faire retomber l’atmosphère d’hystérie que Sarkozy et Marine Le Pen avaient créée autour de la laïcité.

J’espère que la prochaine étape sera l’inscription de l’article 1 et de l’article 2 de la loi de 1905 dans la Constitution, avec, comme corollaire l’abrogation du Concordat d’Alsace-Moselle. Permettez-moi au passage de vous féliciter pour le succès du rassemblement public que la Libre Pensée a organisé à Strasbourg en mai dernier.

Le débat du mariage pour tous, et cette bataille on l’a gagnée, a montré que le cléricalisme, sous toutes ses formes, est bien décidé à poursuivre le combat séculaire contre la République, contre la laïcité et contre la liberté de conscience.  On a tout entendu à l’occasion de ce débat, on nous a parlé de « totalitarisme démocratique », des évêques ont contesté le droit du parlement à légiférer sur le mariage, Civitas a organisé des prières de rue… et j’en passe.

Nous avons d’autres combats à mener, le premier c’est celui de la recherche sur l’embryon. Jeudi, l’Assemblée nationale examinera pour la deuxième fois une proposition de loi des radicaux de gauche autorisant la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires.

Adopté en décembre au Sénat, ce texte vise à remplacer l’actuelle interdiction par une autorisation  et elle n’avait pu être votée fin mars à l’Assemblée national car une partie des députés de l’opposition avait fait obstruction.

Comme l’a déclaré Philippe Brunet au JDD « L’adoption probable de ce texte va marquer la fin d’une très longue histoire, les radicaux veulent terminer le boulot » – fermez les guillemets -, en effet Roger-Gérard Schwartzenberg avait déjà tenté d’autoriser la recherche sur l’embryon en 2002 quand il était ministre de la Recherche, mais l’alternance avait empêché l’adoption de son projet de loi.

 Demain c’est une bataille de plus de dix ans qui devrait s’achever. Comme quoi la persévérance peut payer, et les échecs d’aujourd’hui sont peut-être les succès de demain pour peu que l’on n’abandonne pas le combat.

Une deuxième bataille s’annonce aussi, c’est celle du droit de mourir dans la dignité. Les Radicaux de Gauche se félicitent que le débat sur l’euthanasie progresse en France. C’est d’ailleurs le sénateur Radical de Gauche Henri Caillavet, disparu au début de l’année – et je voudrais remercier ici Marc Blondel pour le communiqué plein d’émotion qu’il a publié à l’annonce de sa mort pour rendre hommage à cet inlassable combattant de la liberté -, c’est donc Henri Caillavet qui avait déposé la première proposition de loi « visant à permettre l’euthanasie en France » en 1978.

Nous savons que l’absence actuelle de loi a pour conséquence que l’euthanasie se pratique en France de façon plus ou moins clandestine sans aucun contrôle. Et ceux qui persistent à ne pas voir cette réalité se rendent complices de toutes les dérives et portent atteinte à la liberté souveraine de l’individu de mettre fin à ses jours quand il est atteint – par exemple – d’une maladie incurable et qui lui occasionne d’insupportables souffrances.

Je partage donc totalement et sans réserve l’excellent communiqué de la Libre-Pensée au sujet de l’avis du CCNE. Si un nouveau débat est organisé, j’espère que radicaux et libre-penseur seront à cette occasion côte à côte, je vous encourage à vous rapprocher des présidents des fédérations du PRG dans vos départements pour organiser ces débats.

Avant de conclure je voudrais appeler votre attention sur la dimension européenne, et même internationale, du combat pour la laïcité. Lundi 24 juin, à Luxembourg, le Conseil de l’Union européenne réunissant les ministres des Affaires étrangères des 27, ou leur représentant, a adopté un document intitulé « Lignes directrices de l’Union européenne pour la promotion et la protection de la liberté religieuse et de croyance ». La vocation de ces Lignes directrices est de constituer la base idéologique censée inspirer la politique extérieure de l’Europe en matière de droits de l’homme lorsque les croyances ou les cultes sont concernés.

Si les lignes directrices ne soufflent mot de la laïcité, elles rappellent toutefois que « Les adhérents d’une religion ou d’une croyance particulière ne jouissent d’aucun droit exclusif : tous les droits, qu’ils concernent la liberté de croire ou de manifester son appartenance religieuse ou sa croyance, sont universels et doivent être respecté sur une base non discriminatoire. » Manière contournée d’affirmer qu’un Etat peut exiger de chacun qu’il se plie, dans certains cas, aux mêmes règles. Je vous encourage à consulter ce document qui concède aussi que  rien ne saurait garantir à une religion d’être à l’abri de « critique ou de raillerie », même si il ne va pas jusqu’à  affirmer la liberté de blasphémer.

 

Ce qui m’amène à évoquer quelques éléments, qui s’ils restent isolés, sont significatifs d’une détermination nouvelle des adversaires de la République. Les Arbres de la laïcité ont été arrachés au Havre et à Angoulême, la stèle du chevalier de la Barre à Abbeville a été vandalisée, les actes de malveillance contre les symboles de la laïcité se sont multipliés en juin!

Ces actes sont des attaques directes contre le pacte républicain et les valeurs qui en sont le ciment, même si ils sont surtout l’illustration de la bêtise crasse de celles et ceux qui ont renoncé à leur intelligence au nom d’une idéologie religieuse exclusive et sans nuance.

On a vu la résurgence ces derniers mois  à droite et à l’extrême-droite d’une pensée anti-républicaine héritée de l’Action française et de la vieille France Maurassienne.  Nous devons prendre conscience du danger pour faire barrage à cette  droite qui se dit « décomplexée » et qui en réalité est la droite réactionnaire anti-laïque et anti-républicaine que nous connaissons depuis toujours et dont les déclarations récentes de Christian Estrosi sont la parfaite illustration.

Je crois que je pourrai continuer encore longtemps la liste des batailles qu’il nous appartient de mener, chacun à notre place. Dans la société civile pour vous, dans l’arène politique pour nous, je crois que nos chemins sont appelés à se croiser très souvent dans les années qui viennent, sur la réhabilitation des fusiliers pour l’exemple, sur la morale laïque – même si je connais vos réserves – , sur la défense de l’école publique, sur le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales, pour la défense de la liberté de conscience ou d’expression, pour la défense du droit de blasphémer…

Mais je n’ai que trop parlé, évidemment David Gozlan qui me connaît, sait que lorsque l’on me donne une tribune je m’en empare, comme c’est un ami fidèle et que je ne voudrais pas que vous lui fassiez reproche d’avoir donné la parole à un intarissable bavard je vais lui rendre celle qu’il m’a prêté ce matin. 

Publié dans Actualité | Pas de Commentaire »

Pas de vacances pour les Radicaux de gauche

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 6 juillet 2013

Osny mercredi, Méry-sur-Oise jeudi et Argenteuil ce matin, les Radicaux de gauche sont sur le pont et vont à la rencontre des habitants.

Pas de vacances pour les Radicaux de gauche dans Actualité argenteuil-leparisien-06072013-300x283

 

Publié dans Actualité, Agenda | Pas de Commentaire »

 

inspecteurjjc |
SAINT DENIS D'AVENIR |
Erratum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association pour une Meille...
| NON A GILBERT ANNETTE
| Nantes Démocrate 2008