Rythmes scolaires

Posté par Pascal-Eric Lalmy le 19 mai 2014

Le Parisien 19 mai 2014

 rythmes 19052014

Mon intervention en Conseil municipal le 15 mai dernier

M. le maire, mes chers collègues

 

Vous faites ce soir une déclaration publique, pour ne pas appliquer la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014. Nonobstant le fait que vous vous mettez hors la loi, je tiens à vous rappeler les faits suivants :

L’organisation du temps scolaire, c’est l’État. L’école gratuite et obligatoire, c’est l’État. Et pour la première fois, dans le cadre du décret du 24 janvier 2013 qui prévoyait une nouvelle organisation du temps scolaire, l’État a consulté les élus, la communauté des parents d’élèves et les enseignants.

Une discussion s’est organisée et elle a permis, contrairement aux chiffres que la droite, avec parfois la complicité des médias, donne, qu’à cette étape, aujourd’hui, près de 94 % des communes aient rendu une organisation du temps scolaire ou validé auprès des rectorats.

Ces communes l’ont fait parce qu’elles se préoccupent de l’intérêt de l’enfant. Or depuis plusieurs années, le niveau de nos élèves recule.

Pourquoi recule-t-il ? Tout d’abord parce qu’il n’y avait plus de formation des professeurs, grâce à vos amis du précédent quinquennat. Il recule également parce qu’il y avait moins de professeurs devant les élèves, grâce à vos amis de l’ancien quinquennat. Il a aussi reculé parce que la journée scolaire est trop longue en France et : sur ce point, M. Chatel était d’accord, l’Association des maires de France est d’accord, l’Association des maires ruraux de France est d’accord, la PEP est d’accord, la FCPE est d’accord et les organisations enseignantes sont d’accord.

 

C’est la raison pour laquelle à partir de ce consensus, le gouvernement avait décidé de réformer les rythmes éducatifs. Le nouveau gouvernement a apporté des modifications par un décret que Benoît Hamon a proposé et qui répond à plusieurs suggestions, notamment de la part de M. Juppé, maire de Bordeaux – d’ailleurs son conseil municipal a décidé de s’inscrire dans cette réforme – ainsi que d’autres suggestions de la part de bon nombre d’élus locaux.

Le nouveau décret vous permet ainsi : de prévoir une après-midi consacrée aux activités périscolaires ou d’expérimenter une semaine comportant moins de 24 heures hebdomadaires en récupérant les heures non accomplis sur le temps des vacances scolaires.

De plus le ministre de l’éducation nationale a reconduit le fonds d’amorçage, donc contrairement à ce que vous affirmez les choses sont très claires, et les financements sont garantis.

Pour finir j’ajouterai que la campagne pour l’élection municipale a fait apparaître que nous sommes d’accord sur un point le coût de la réforme pour la ville est d’environ 300 000 euros, c’est-à-dire moins de 1% de votre budget 2014.

C’est pourquoi même si nous sommes toujours prêts à discuter avec vous de la manière de mettre en œuvre les rythmes scolaires, nous ne négocierons pas l’intérêt de l’enfant et nous demandons que la ville s’engage, comme il lui en est fait obligation, dans la réforme dès cette rentrée 2014.

Laisser un commentaire

 

inspecteurjjc |
SAINT DENIS D'AVENIR |
Erratum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association pour une Meille...
| NON A GILBERT ANNETTE
| Nantes Démocrate 2008